Le bruit des motos gêne ?

Avec les beaux jours, c’est l’occasion rêvée de sortir les motos, de se faire de belles balades, de se retrouver dans des endroits sympas de la région. Cela conduit souvent à la concentration de nombreux motards et motardes sur un même lieu.

Sauf que le niveau sonore de ces concentra­tions de motos est de moins en moins supporté par les riverains, des pétitions s’organisent. Sous la pression, des politiques pourraient vouloir bannir les deux-roues motorisés de certains lieux ou routes. Les Vosges connaissent régulièrement des velléités à interdire les 2-RM.

Préserver la Sympathie

Il suffit de dénoncer la motophobie et hop, fin de l’histoire ?
Soyons honnêtes : le bruit excessif et le comportement de certains motards ou scootéristes, adeptes de pots modifiés, de rupteur, de roue arrière sont insupportables.
Un manque de considération pour autrui de la part d’une petite partie de la population motarde, et c’est le monde motard tout entier qui se tire une balle dans le pied. Un péril à ne pas négliger, au risque de voir s’étendre les interdictions et autres limitations de circuler.

Scooter

Pas qu’une question de comportement !
Bien sûr, la question du bruit ne saurait pas se résumer à la seule question du comportement de certains.
Il y a aussi celles :
- des normes d’homologation mal foutues,
- de certains constructeurs qui trichent un peu avec ces normes,
- des pots non homologués,
- de l’aspect répétitif du bruit pour les riverains des "routes à motard",
- de certains revendeurs,
- des pots trafiqués ,
- des dBKiller enlevés, 
- d’une moindre tolérance au bruit post confinement,
etc.

MotoSono

Bref le problème est complexe, et nous souhaitons avancer avec l’ensemble des acteurs du monde du deux roues, pour encourager une pratique responsable, et sans se rejeter mutuellement la responsabilité.

La simple question des normes est complexe , mais si nous voulons défendre notre liberté, nous devons respecter les autres.

Trompette de la renommée ?

La FFMC ne veut pas être donneuse de leçon ; elle laisse à chacun la responsabilité de ses choix. Mais elle ne peut cautionner certains comportements individuels qui rejaillissent négativement sur l’ensemble de la communauté motarde et qui ne conduisent finalement qu’à limiter notre liberté de circuler.
Pour cette raison, sans stigmatisation ni moralisation, la FFMC décline ce simple message de bon sens, sous forme de 4 affiches : pour être respectés, respectons les autres.

Pour approfondir le sujet, lire notre précédent article "Le bruit : ennemi de l’intérieur"